Partenaires
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le bio, les OGM, etc.

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Le bio, les OGM, etc. le Mer 27 Oct - 16:15

Salut,

Comment faire selon vous pour développer l'agriculture biologique et réduire les produits phytosanitaires ?
Doit-on accepter les OGM en raison d'une dénutrition d'une grande partie de la population mondiale ?

Et hop,
Archange.


_________________
Bonjour Invité, heureux de te retrouver ! Very Happy
N'hésite pas à déposer tes messages sur le forum des futurs à imaginer :
http://pensernotrefutur.forumgratuit.org
Voir le profil de l'utilisateur http://pensernotrefutur.forumgratuit.org

2 Re: Le bio, les OGM, etc. le Mer 27 Oct - 20:49

ticanard

avatar
Très discret
Très discret
Produire des OGM car certains pays sont en situation de sous-nutrition ?
Abérrant pour moi. Il existe des stocks de céréales, de lait en poudre que les multinationales se constituent quand les prix sont au plus bas et revendent quand les prix de vente augmentent !
Pour aider les populations ayant des problèmes de nutrition, il faut d'abord
- leur apprendre des méthodes correctes de production adaptées au climat, au terrain
- stabiliser le climat souvent conflictuel dans certaines régions qui sont désertées par leurs habitants à cause des guérillas
- promouvoir l'activité agricole au lieu de faire miroiter aux populations rurales monts et merveilles dans les grandes villes
- mettre en place une économie qui permettent à ces paysans de vivre décemment de leur production (commerce équitable, micro-crédits...)

Voilà, ce sont quelques idées lancées à chaud après une dure journée de labeur...

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Le bio, les OGM, etc. le Mer 27 Oct - 20:55

Là encore, je suis d'accord, il serait temps d'aider ces populations selon nos possibilités.
Merci de ta contribution, surtout si la journée a été rude.
N'hésite pas à ouvrir de nouveaux sujets.

Bises,
Archange.


_________________
Bonjour Invité, heureux de te retrouver ! Very Happy
N'hésite pas à déposer tes messages sur le forum des futurs à imaginer :
http://pensernotrefutur.forumgratuit.org
Voir le profil de l'utilisateur http://pensernotrefutur.forumgratuit.org

4 Re: Le bio, les OGM, etc. le Sam 30 Oct - 11:17

Invité

avatar
Invité
Sandro Rusconi: le génie du génie génétique
Le débat social sur le génie génétique va-t-il déboucher sur des solutions acceptables par tous les partenaires ?
Tessinois, Sandro Rusconi est né à Muralto le 9 mars 1952. Deux ans instituteur à Locarno, il commence des études de biologie à l'Université de Zurich. Il y obtient en 1979 un diplôme en biologie moléculaire puis, suite à sa thèse sur «la transformation des vertébrés par micro-injection dans les cellules d'oeufs fertilisés», un doctorat en 1982. Déjà reconnu comme un pionnier dans le domaine des animaux transgéniques, il part deux ans plus tard à l'University of California à San Francisco. Revenu en 1986 à l'Université de Zurich, où il travaille comme chercheur indépendant, il devient privat-docent en 1991 puis est nommé professeur en biochimie à l'Université de Fribourg en 1994. En bref, un parcours mu par une curiosité que S. Rusconi situe à l'origine de sa recherche. L'homme préfère expliquer qu'appliquer.
Bonheur et stress biologiques
Depuis 15 ans, S. Rusconi s'est spécialisé en génie génétique. Ce domaine de recherche fondamentale comprenant plusieurs secteurs d'application, son domaine spécifique est celui de la régulation exercée par les hormones stéroïdiennes. Essayons de comprendre: ces hormones entrent dans les cellules et déclenchent des mécanismes de réponse. Or, ces réponses des cellules sont encore mal connues et les scientifiques cherchent à mesurer et analyser ces changements de «l'expression» de certains gènes, expression soit «augmentée, soit réprimée». Pour l'être humain par exemple, cette expression ne définit pas moins que les conditions de son bonheur général, comme de son stress biologique.
S. Rusconi dirige un programme national de recherche (PNR 37), lui-même intégré dans un programme international occupant 20 groupes de travail. Ce programme vise à appliquer la thérapie génique à la médecine, afin de pouvoir, notamment, guérir les maladies des tissus. Ce qui n'empêche pas ce chercheur de s'avouer favorable à certaines médecines alternatives comme l'acupuncture et la médecine chinoise, qui permettent de traiter les maladies chroniques!
Génie génétique: le faux langage de l'émotion
Actuellement, S. Rusconi s'implique directement dans les campagnes menées contre le génie génétique, qu'il qualifie de «populistes et émotionnelles» ainsi que de «néo-primitivistes»: son propos est clair, la recherche scientifique ne passe pas par l'émotion. Le chercheur a une responsabilité sociale, que la société doit lui laisser en lui faisant confiance. C'est que les recherches en la matière risquent en effet d'être fortement remises en cause par l'initiative «Genschutz», qui vise à interdire tout animal transgénique. Or, le diagnostic précoce et préventif en médecine, qui se base sur les prédispositions génétiques de l'individu, ne peut se passer de génie génétique. S'il n'est pas question pour S. Rusconi de supprimer les études génétiques, sous peine de fragiliser fortement la recherche suisse en la matière, il convient certainement d'en éviter les abus. Or, la législation suisse actuelle et en préparation réussit parfaitement et efficacement à identifier ces abus1, la même remarque pouvant s'appliquer aux organismes génétiquement modifiés, les légumes par exemple, inoffensifs car ne produisant pas de substances toxiques2.
Le scientifique rêve aussi
Pour mener à bien ses travaux, S. Rusconi caresse un grand rêve, qui serait de pouvoir installer à Fribourg ou en Romandie un centre d'expertise dans le domaine de la thérapie génique. «Je pense que notre pays doit trouver son futur dans les ressources intellectuelles et technologiques de haut niveau».




Universitas Friburgensis mars 97
Press@unifr.ch

5 Re: Le bio, les OGM, etc. le Sam 30 Oct - 11:52

Invité

avatar
Invité
J'ai écrit cet article et vous laisse la soin de me faire part de vos commentaires Embarassed

6 Re: Le bio, les OGM, etc. le Sam 30 Oct - 13:49

Ada a écrit:
Sandro Rusconi: le génie du génie génétique
Le débat social sur le génie génétique va-t-il déboucher sur des solutions acceptables par tous les partenaires ?
Tessinois, Sandro Rusconi est né à Muralto le 9 mars 1952. Deux ans instituteur à Locarno, il commence des études de biologie à l'Université de Zurich. Il y obtient en 1979 un diplôme en biologie moléculaire puis, suite à sa thèse sur «la transformation des vertébrés par micro-injection dans les cellules d'oeufs fertilisés», un doctorat en 1982. Déjà reconnu comme un pionnier dans le domaine des animaux transgéniques, il part deux ans plus tard à l'University of California à San Francisco. Revenu en 1986 à l'Université de Zurich, où il travaille comme chercheur indépendant, il devient privat-docent en 1991 puis est nommé professeur en biochimie à l'Université de Fribourg en 1994. En bref, un parcours mu par une curiosité que S. Rusconi situe à l'origine de sa recherche. L'homme préfère expliquer qu'appliquer.
Bonheur et stress biologiques
Depuis 15 ans, S. Rusconi s'est spécialisé en génie génétique. Ce domaine de recherche fondamentale comprenant plusieurs secteurs d'application, son domaine spécifique est celui de la régulation exercée par les hormones stéroïdiennes. Essayons de comprendre: ces hormones entrent dans les cellules et déclenchent des mécanismes de réponse. Or, ces réponses des cellules sont encore mal connues et les scientifiques cherchent à mesurer et analyser ces changements de «l'expression» de certains gènes, expression soit «augmentée, soit réprimée». Pour l'être humain par exemple, cette expression ne définit pas moins que les conditions de son bonheur général, comme de son stress biologique. Je suis d'accord sur la recherche portant sur l'être humain, et sur la recherche portant sur l'animal en vue de recherches scientifiques à vocation médicale. Mais quid de la recherche transgénique à vocation agro-alimentaire ?
S. Rusconi dirige un programme national de recherche (PNR 37), lui-même intégré dans un programme international occupant 20 groupes de travail. Ce programme vise à appliquer la thérapie génique à la médecine, afin de pouvoir, notamment, guérir les maladies des tissus. Ca répond à une partie de mes questions. Ce qui n'empêche pas ce chercheur de s'avouer favorable à certaines médecines alternatives comme l'acupuncture et la médecine chinoise, qui permettent de traiter les maladies chroniques!
Génie génétique: le faux langage de l'émotion
Actuellement, S. Rusconi s'implique directement dans les campagnes menées contre le génie génétique, qu'il qualifie de «populistes et émotionnelles» ainsi que de «néo-primitivistes»: son propos est clair, la recherche scientifique ne passe pas par l'émotion. Le chercheur a une responsabilité sociale, que la société doit lui laisser en lui faisant confiance. "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme". Dans ces conditions, doit-on interdire, encadrer ou laisser faire ? Je suis plutôt partisan d'un encadrement, car tout pouvoir dans les mains d'une seule élite pose des problèmes éthiques, et induit des conséquences incertaines. C'est que les recherches en la matière risquent en effet d'être fortement remises en cause par l'initiative «Genschutz», qui vise à interdire tout animal transgénique. Or, le diagnostic précoce et préventif en médecine, qui se base sur les prédispositions génétiques de l'individu, ne peut se passer de génie génétique. S'il n'est pas question pour S. Rusconi de supprimer les études génétiques, sous peine de fragiliser fortement la recherche suisse en la matière, il convient certainement d'en éviter les abus. Or, la législation suisse actuelle et en préparation réussit parfaitement et efficacement à identifier ces abus1, la même remarque pouvant s'appliquer aux organismes génétiquement modifiés, les légumes par exemple, inoffensifs car ne produisant pas de substances toxiques2. Le problème de la flore et de la faune n'est pas tant leur toxicité que le fait que le vivant peut se reproduire, même de manière fortuite, d'où un risque de dissémination involontaire. Lorsque l'on voit les proliférations d'espèces "exotiques" qui détruisent les écosystèmes (je pense en particulier à certaines plantes et à certains animaux, on peut s'interroger.
Le scientifique rêve aussi
Pour mener à bien ses travaux, S. Rusconi caresse un grand rêve, qui serait de pouvoir installer à Fribourg ou en Romandie un centre d'expertise dans le domaine de la thérapie génique. «Je pense que notre pays doit trouver son futur dans les ressources intellectuelles et technologiques de haut niveau». Je suis d'accord, et pas seulement pour la Suisse.




Universitas Friburgensis mars 97
Press@unifr.ch
Merci de cet article.


_________________
Bonjour Invité, heureux de te retrouver ! Very Happy
N'hésite pas à déposer tes messages sur le forum des futurs à imaginer :
http://pensernotrefutur.forumgratuit.org
Voir le profil de l'utilisateur http://pensernotrefutur.forumgratuit.org

7 Re: Le bio, les OGM, etc. le Sam 30 Oct - 14:52

ticanard

avatar
Très discret
Très discret
avec Archange. Ok pour la recherche génétique en vue de mieux connaître et soigner certaines maladies. Mais non au développement de l'agro-alimentaire génétiquement modifié. L'article date de 1997. Depuis, on voit fleurir partout des champs avec le panneau d'une firme bien connue dans les OGM.
J'ai été surprise de lire sur l'étiquette de la nourriture pour mes chevaux : contient des OGM.
J'ai immédiatement changé de fournisseur et je fais mon petit mélange maison avec de bonnes céréales d'un fermier de la région. Non mais !

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum